Ensemble Orchestral De Dijon > La saison > La saison en cours > Beethoven, Mozart, octobre et novembre

Beethoven, Mozart, octobre et novembre

Bonaparte franchissant le Grand-Saint-Bernard de Jacques-Louis David, 1801, peinture à l'huile sur toile
Bonaparte franchissant le Grand-Saint-Bernard de Jacques-Louis David, 1801, peinture à l'huile sur toile

Où et quand

Description du concert


Dernier représentant de la première école de Vienne, Beethoven est l'une des très rares pierres angulaires de l'histoire de la musique occidentale. Héritier de Mozart et de Haydn, il s'affranchit des contraintes de temps, de développement, d'instrumentation et d'esthétique dans lesquelles évoluaient ses aînés.

Figure forte de son temps, il participe à l'édification de la figure de l'artiste romantique, et appelle les peuples à s'unir à travers l'Art, en s'appuyant sur les idées de la révolution française et des Lumières. Il marque ainsi les différentes générations de compositeurs du XIXe siècle qui clameront toutes l'authenticité de son héritage.

Seul opéra de Beethoven, Fidelio a connu trois ouvertures avant que le compositeur ne s'arrête sur une version définitive. Parmi elles, l'Ouverture Leonore III est la plus imposante. Les différents thèmes sont empruntés à l'opéra et quelques moments forts du drame sont reconnaissables. Pourtant cette ouverture possède une ampleur et un élan qui suffisent à créer un souffle unique et autonome. Fougue, douceur, solennité se succèdent dans une écriture symphonique époustouflante.

Par son ampleur et sa puissance, la monumentale 3ème Symphonie, « Héroïque » marque un tournant dans l'histoire de la musique symphonique. Ses dimensions, inédites en 1804, ouvrent la voie aux grandes fresques symphoniques romantiques du XIXe siècle. Dédiée dans un premier temps au général Bonaparte, Beethoven changea de dédicataire lorsque ce dernier s'auto-proclama empereur. Le titre final sera : « Symphonie héroïque, composée pour célébrer le souvenir d'un grand homme ». Composée de quatre mouvements, la symphonie se caractérise par l'utilisation d'une marche funèbre comme mouvement lent et d'un finale impétueux à l'écriture orchestrale stupéfiante de virtuosité.

Programme


Direction : Flavien Boy